Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dimanche couture....

    couture.jpg

     

    Dimanche, envie de couture (oui je sais, comme d’habitude).

    J’habite dans une pièce de 25 m2, avec l’homme, le minou et la minette, ce qui est vous allez me dire bien petit…

    Je l’accorde, sauf qu’on a aménagé l’appartement tellement bien, que ça ne nous dérange pas (enfin pour le moment)

    Le seul problème, c’est que je n’ai ni bureau, ni atelier, donc quand je couds, c’est sur la table de la « salle à manger » et ça deviens vite le méga bordèle… Ba oui, des tonnes de tissus étalés par terre, la boite à couture ouvert en grand, le mannequin, et la machine, ça fait beaucoup de chose ! Alors quand je décide de tout sortir, l’homme râle

    « Chérie c’est le bordèle »

    « Oui je sais mais j’ai besoins de tout »

    Aller Déborah, on ne se démonte pas, les remarque de l’homme de nous atteigne pas du tout !

    Mine de rien j’ouvre mon nouveau livre et après avoir trouvé le patron de ma robe, coupé mon beau velours gris, j’épingle et je couds !

    « A ce moment là, l’homme est absorbé par la télévision, pour s’apercevoir qu’on ne peut plus faire un pas dans l’appartement ».

    Après avoir cousue la jupe, je m’attaque aux bretelles et à la parmenture, et là…big problème. J’épingle, et je l’essaye voir si elle me va, et ben non… je ne rentre même pas la tête…

    Intense réflexion…

    Et au bout d’un moment (5 min environs) je recoupe un autre morceau de tissu, à la bonne taille.

    Avec une marge pour mettre un jolie bouton, car le tissus n’est pas du tout extensible et voila une jolie robe N°7

    Evidement si j’avais cousue toutes les pièces à la bonne place je n’aurais pas eu besoin de recouper encore du tissu…

    Que je vous explique : les jolies bretelles de ma robe, sont en fait la bande du devant… (Mais ça je ne l’ai compris que ce matin) du coup, hier soir j’essayai vainement d’épingler les bretelles comme parmenture… vous imaginé le désastre…

     

    Ni vue ni connue le mélange de patron ^^

  • Une expo très japan

    Une de mes filles est allée à Paris à la "Japan Expo" qui avait lieu cette année du 2 au 5 février dernier, au parc des expositions de Villepinte . Cette exposition réunit des fans de culture japonaise et de nombreux "cosplayers".

    Pour celles et ceux qui ne connaissent pas l'univers du "cosplay' voici une brève explication : "Cosplay" est composé de mots anglais "Cos " abréviation de costume et "play" qui signifie jouer .

    Pour les cosplayers, ce loisir consiste à jouer le rôle de son personnage préféré en imitant son costume, son maquillage, ses cheveux ou perruque ... Les personnages sont issus de mangas , de films , de dessins animés, de série télévisées ...

    Ma fille avait choisi comme personnage "Princesse Perona", je l'ai aidé à apporter quelques améliorations à son costume et réalisé la couronne de ce personnage de manga . La couronne m'a donné du fil à retordre , je dois le dire . J'avais trouvé un tuto sur internet mais les proportions étaient démesurées , et les matériaux inapropriés .

    J'ai cependant réussi à fabriquer cet accessoire indispensable à une princesse ( Pas de couronne, pas de princesse !!!) 

  • Vacances à Medjugorje

    Je suis donc finalement parti pour Medjugorje au mois de juin 2006. La Providence a voulu deux choses merveilleuses pour moi : d'abord, comme vous le savez peut-être, cette année là on a fêté les 25 ans des apparitions, et c'était bien évidemment le 25 juin, qui est la date de la première apparition de la Gospa où elle a dit être "la Reine de la Paix" aux groupe des voyants tel que nous le connaissons (25 juin 1981).

    C'est le 25 de chaque mois que la Sainte Vierge donne ses messages.

    C'était donc formidable pour moi que mon premier voyage à Medjugorje se fasse en cette occasion car là bas, c'était la fête ! Deuxième grâce que la Providence m'a faite : il se trouve que je suis né un 25 juin ! Je me dis que le Seigneur m'a fait un beau cadeau car cette date est donc pour moi doublement importante... J'ai donc cette année-là fêté mon anniversaire dans des conditions particulières.

    De plus, je fêtais cette année-là mes 39 ans, j'entrais donc dans ma quarantième année, ce qui est important dans la vie d'un homme... Bref tout me poussait à croire que le plan de Dieu était sur moi...

    On entend souvent dire qu'à Medjugorje "le Ciel est ouvert", et c'est vrai que j'ai ressenti là bas une grande ferveur religieuse, faite d'une vraie foi, humble et douce. C'était pour moi très inspirant. Bien sûr, comme dans toute foule, il y a de tout, et on voit parfois des gens un peu extrèmes ou bruyants, mais dans l'ensemble, l'atmosphère était très paisible. J'ai aussi eu l'opportunité d'assister à une apparition, sur le Podbrdo (avec Ivan), j'étais assez proche de lui et donc c'était assez touchant... Bien sûr la messe du 25 a été extraordianire le temps était magnifique, et nous avons eu l'occasion de voir Jacov, Mirjana, Marja, Ivanka et Ivan côte à côte, ce qui ne se produit pas souvent.

    Nous sommes également allé voir le Père Jozo à Siroki-Brijeg, et là aussi cela a été très émouvant pour moi, il y a eu un très bel enseignement, et je me suis vraiment senti touché par l'Esprit Saint, même s'il faisait très chaud ! Je dois dire que je suis vraiment allé à Medjugorje avec le coeur ouvert, sans à priori, attentif et confiant en Dieu ; je n'ai rien vu de tout ce que les ennemis de Medjugorje décrivent parfois comme excessif, commercial, naïf, infantile, etc... Au contraire, j'étais triste de partir, moi qui aime mon chez-moi, je serai pourtant bien resté...

    Ce qui m'en est resté, jusqu'à aujourd'hui, c'est d'abord une forte conscience que Dieu existe réellement, que la Sainte Vierge existe, qu'elle m'aime plus que ma propre maman, qu'elle est partout avec moi, et qu'elle intercède à chaque instant auprès de Dieu, pour moi, personnellement !

    Ensuite, c'est la conscience de ce que nous les chrétiens, et plus généralement les êtres humains nous sommes reliés par notre filiation au Père, et par notre amour du Christ. Ensuite j'ai ramené de Medjugorje un grand respect pour l'Eucharistie, d'autant plus notable qu'à priori ce n'est pas trop ce qui m'attire, je préfère d'autres formes de prière ; et pourtant je vais à la Messe au moins une fois par semaine, le plus souvent le Dimanche, ceci parce que Marie me dit que c'est bon pour moi, et que je lui fais confiance ; également la Vierge Marie m'a aidé à prendre conscience de l'importance de ce qu'elle appelle les "cinq pierres" : en plus de l'Eucharistie, le jeûne, la confession mensuelle, (j'avoue que la dessus j'ai du mal à être régulier !), le Rosaire, la lecture de la Parole de Dieu. J'ai ramené aussi de Medjugorje un grand respect de l'Eglise, et de la Hiérarchie.

    Comme beaucoup de chrétiens, il m'arrivait souvent de critiquer le Pape, ou l'Eglise en général, mais en voyant la Sainteté avec laquelle les franciscains et les habitants de Medjugorje essaient d'entretenir de bonnes relations avec l'évêque de Mostar, je suis admiratif et cela me pousse à obéir le plus possible à l'Eglise.

    J'ai en fait appris à faire confiance à l'Eglise, car c'est Dieu qui s'occupe d'elle ! Le pape fait partie du plan de Dieu, donc nous devons avoir confiance en lui. J'ai appris à Medjugorje la puissance de la prière, et notamment du Rosaire. Un simple "je vous salue Marie" offert à la Sainte Vierge avec amour peux l'aider à délivrer un possédé, guérir un malade, ou convertir des âmes. Nous ne devons donc pas sous estimer la puissance de notre prière, car encore une fois, une petite prière offerte à Marie ou à Jésus peut faire un bien que nous ne soupçonnons pas. Et cela m'a apporté beaucoup car comme beaucoup de gens je me demande parfois si je suis vraiment utile à quelque chose de bon sur cette terre. Et bien là, je suis servi !

    Lorsque j'offre à la Reine de la Paix une dizaine, j'imagine tout le bien qu'elle en tire, et le soir, je m'endors heureux d'avoir pu l'aider à faire tant de bien !