Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 octobre 2009

Exclusif ! les grands entretiens du Petit Champignacien

Dans la série "Les grands entretiens du Petit Champignacien", nous annonçons la parution prochaine d'un DVD contenant cette série de discussions avec d'éminentes personnalités de la scène culturelle, politique et médiatique française. C'est le premier volume d'une collection destinée à sauvegarder les paroles des personnages qui font de la France un pays incomparable par son sens de la tolérance, du bon goût, de l'honnêteté, de l'élégance et du raffinement dans l'art du dialogue.    


Ma rencontre de blogueur avec Nadine Morano, 15 juin 2009.

Ma rencontre de blogueur avec Henri Guaino, 23 juin.

Ma rencontre de blogueur avec Frédéric Mitterrrand, 9 juillet.

Mon entretien de blogueur avec Philippe Val, 16 juillet.

Mon entretien de blogueur avec Bernard-Henri Lévy, 22 juillet.

Ma rencontre de blogueur avec Valéry Giscard d'Estaing, 22 septembre.

Ma rencontre de blogueur avec Alain Duhamel, 23 septembre.

Ma rencontre de blogueur avec Alexandre Adler, 24 septembre.

Ma rencontre de blogueur avec Jean Daniel, 1er octobre.

Mon entretien de blogueur avec Christophe Barbier, 4 octobre.

Ma rencontre de blogueur avec Alain Finkielbraut, 10 octobre.

Bonus :

Un entretien exclusif avec Amélie Nothomb, 7 juillet 2006.

Le podcasting exclusif de ma boulangère, 22 octobre 2006 (en mode Loïc Le Meur et Nelson Monfort à la fois).


Les interviouves (à peine imaginaires) sont dans une liste un peu fourre-tout, les carabistouilles, donc j'ai tenu à les en sortir par un billet qui peut servir de référence. Je ne sais encore qui j'interrogerrai ensuite : Eric Zemmour, Jean-Luc Godard, Gérard-Alain Slama, Franz-Olivier Giesbert, Christine Angot, Jacques Chancel, Laurent Joffrin, Philippe Sollers, Jean-Pierre Raffarin ? La liste des prétendants est longue.    

Commentaires

AAAAH !! cette inversion de mes prénoms a le don de m'horripiler ! apprenez au moins l'ordre correct des prénoms de vos futurs invités ! quel irrespect ! honte !

Écrit par : Alain-Gérard Slama | samedi, 10 octobre 2009

Pas plus grave que le fait de mentionner des livres que l'on n'a jamais lus, comme cela se pratique couramment de la part des chroniqueurs dans la matinale de FC. Cela dit, le nom était jeté au hasard et vous pouvez ne pas être invité si vous ne m'inspirez rien et pour l'instant c'est peu de choses. En revanche, je sens que j'ai un ticket avec Christine Angot pour laquelle j'ai plus d'appétence.

Écrit par : Dominique | samedi, 10 octobre 2009

Au lieu de vous excuser vous vous enfoncez en parlant d'autre chose ! et bien tant mieux si vous avez plus "d'appétence" pour Christine Angot, j'espère qu'elle sera ravie de le savoir ! et pourquoi je suis le seul à avoir ses prénoms inversés ? pourquoi pas Olivier-Franz Giesbert et Luc-Jean Godard, hmm ? je vous laisse prendre conscience de l'énormité de vos inversions.

Écrit par : Alain-Gérard Slama | samedi, 10 octobre 2009

Ce genre de ton me donne quelques idées, mais il faut encore que je me familiarise encore plus avec une émission pour laquelle je préférais fermer mes oreilles ou changer de station publique ou passer à l'écoute d'un disque. Je connaissais déjà le très gros Adler par ses autres émissions et je n'avais donc pas besoin de le réécouter aussi attentivement que vous, c'est pourquoi il a eu plus tôt les honneurs du Champignacien. J'avoue que j'ai parfois du mal à établir une différence d'accent parmi tous les réacs possibles et il me faut du temps avant de saisir les menues distinctions qui les caractérisent. Mais je serai attentif. Votre tour viendra à un moment.

Écrit par : Dominique | samedi, 10 octobre 2009

Vous devriez plus écouter nos ondes, ça vous permettrait d'améliorer votre style : deux "encore" dans la même phrase ! Et je ne vois pas pourquoi vous traitez Adler de gros ! gros vous-même ! voilà les insultes physiques maintenant. De mieux en mieux. Je refuse à l'avance votre invitation.

Écrit par : Alain-Gérard Slama | samedi, 10 octobre 2009

Je sens que cette convocation pour une choucroute va venir plus tôt que prévu.

Écrit par : Dominique | samedi, 10 octobre 2009

@ Alain-Gérard Gérard-Alain Jules Isidore Jean-Pierre Slama :

Vous savez quoi ? Il m'est déjà arrivé que quelqu'un se gourre de prénom en parlant de moi - et même à quelqu'un avec qui je travaillais régulièrement.

Je ne m'en suis pas offusqué : ça m'arrive aussi de me tromper, tout couple "prénom-nom" (ou "prénomS-nom") n'est pas un réflexe automatique, et aucune loi n'impose qu'il le soit.

La différence, sans doute, c'est que je sais que je ne suis pas une star, une référence, une icône. Je sais donc qu'il est normal que toute l'humanité ne connaisse pas mon prénom par coeur.

En revanche, pour être aussi outré d'un incident aussi banal et normal, vous devez être bien certain d'être un individu hors-norme, une célébrité, un auteur étudié à l'école :-(.

Votre indignation totalement hors de propos ne prouve qu'une chose : votre égo déborde. Il faudra vous y faire, vous n'êtes pas célèbre. Mais vraiment pas.

Je dirai même plus : avant de lire votre nom dans ce billet, j'ignorais tout simplement votre existence. Et je vais vous surprendre (mais vous remettre les pieds sur terre) : je ne suis pas le seul !!!

Alors l'ordre de votre prénom, hein... C'est vos oignons. Et en retour, vous pouvez m'appeler Jules C., ça m'en touchera une sans faire bouger l'autre :-).

Écrit par : Jacques C | samedi, 10 octobre 2009

Jacques C, je ne crois pas que ce soit le vrai Slama qui doit en être encore à l'ère du Minitel, mais plutôt un des intervenants réguliers de ce blogue qui se sera fait une identité postiche et j'ai de très fort soupçons envers un lexicologue et ex-journaliste des Nouvelles littéraires et de l'Evénement qui me lit régulièrement. Il est capable de tels pastiches et il peut parfaitement imiter le style qui convient. Cela peut être aussi quelqu'un d'autre, mais alors je ne sais dire qui parmi mes lecteurs familiers. Pas Olivier en tout cas, malgré le fait qu'il soit l'un des plus assidus auditeurs de Slama, il aurait tout de suite dérivé dans une parenthèse infinie et jamais refermée.

Écrit par : Dominique | samedi, 10 octobre 2009

@ Dominique : C'est ce que j'avais pensé au départ (et une phrase comme "Je refuse à l'avance votre invitation" me confortait a priori dans cette idée de pastiche ou de jeu de rôle, puisqu'il faudrait être un peu benêt pour refuser une invitation à une interview inventée), mais vos réponses (et leur sérieux apparent) avaient fini par me faire douter :-).

Écrit par : Jacques C | samedi, 10 octobre 2009

Monsieur Jacques C,

Je n'en reviens pas que vous n'ayez jamais entendu parler de moi : n'écoutez-vous donc jamais la radio ? vous devez être un de ces jeunots affamés d'internet et de jeux vidéos. Ecoutez notre radio nationale, et surtout France Culture ! lisez le Figaro ! ah si tous les citoyens s'informaient vraiment à la source du Figaro, le monde serait plus beau !

Écrit par : Alain-Gérard Slama | dimanche, 11 octobre 2009

«Pas Olivier en tout cas, malgré le fait qu'il soit l'un des plus assidus auditeurs de Slama, il aurait tout de suite dérivé dans une parenthèse infinie et jamais refermée».
C'est bien vrai, tout cela. Et flatteur pour moi.
Le style de Slama ne se retrouve assurément pas dans cette succession de billets.
Je ne l'écoute plus depuis la rentrée, du fait des nouveaux horaires des chroniques matinales de France-Cul'. O.Duhamel l'a remplacé. Pour dire à peu près la même chose, en définitive...
Merdre, je n'ai pas ouvert de parenthèse ! La prochaine fois, je m'y colle. Mais pour faire bonne mesure, j'en referme, pour l'heure, une qui n'a jamais commencé).

Écrit par : Olivier | dimanche, 11 octobre 2009

Ce pourrait être moi : pour les pastiches je suis très douée. Miniphasme, avec qui je vi(vai)s une relation orageuse pourrait reconnaître, là, qu'un 1er avril ancien, mais pas tant que ça, je me suis bien amusée pour dresser quelques jolis portraits de mes choubinets préférés. De Dominique, de Siganus, de leveto, de kazan qui bichait. D'elle aussi, car j'y avais consacré trois bons quarts d'heure. Mais comme les célébrités j'ai ma dose (mon John Wayne, mon Gian Maria Volonte, mon patin, mon couffin) et que je dois faire avec, fissa, je fus censurée. Héroïne, ne serait point. Coca in non plus. Para fine guère plus. Dur d'être off.
In, au palais des Papes => grande saine.
Off =>tréteaux.
nota (en voix off) : si je m'appelais Jules, je détesterais que l'on m'appelle Jacques (et lycée de Versailles, etc.)

Écrit par : michèle | dimanche, 11 octobre 2009

Rien à voir, mais… moi, je vote pour Laurent Joffrin pour le prochain épisode. Sûr qu'il ne digère pas la choucroute, lui…

Écrit par : JBB | lundi, 12 octobre 2009

M'sieu, m'sieu, c'est pas moi, m'sieu !

Écrit par : Pierre Enckell | lundi, 12 octobre 2009

Oui, Pierre. Depuis, en privé, le vrai coupable a avoué son imposture. Je ne pensais pas à une telle dose de masochisme de sa part : s'infliger les avis définitifs, les interruptions de parole de l'invité et les ricanements satisfaits de Slama au petit matin...

JBB, la difficulté d'un entretien avec Joffrin, c'est d'imaginer une histoire un peu cohérente avec des tas de circonlocutions embarrassées, inutiles, embrouilllées et un rétropédalage permanent tout en dénégations et distinctions confuses. Si le mot de choucroute s'adapte à quelqu'un, c'est bien à lui qui pédale sans cesse dedans au fil de ses éditos et de ses interventions à la radio. Le style d'Angot est nettement plus facile à saisir : il suffit de partir en même temps dans l'excès émotionnel et dans la platitude la plus complète. Olivier m'avait aussi suggéré DCB comme prochaine victime et lui, je ne le sens pas : je préférerais encore interroger Guy Gilbert, le curé loubard, auquel il emprunte une grande partie de sa rhétorique.

Écrit par : Dominique | lundi, 12 octobre 2009

Ooh, pourrait-on avoir droit à ce cher Jacques Chancel? S'il n'est pas trop décati, ça devrait être un grand moment...

Écrit par : Irène | lundi, 12 octobre 2009

Si j'écris un entretien avec Jacques Chancel, c'est lui qui posera les questions et les réponses à ma place, donc on peut être sûr que ce sera forcément d'un haut niveau culturel et d'une grande maitrise dans l'art de questionner.

Écrit par : Dominique | lundi, 12 octobre 2009

@ Dominique : mince, c'est en effet plus complexe que ce que j'imaginais. Comme je ne connais de la façon de s'exprimer de Joffrin que sa version écrite (ses éditos qui me font hurler quand j'en lis, en fait), je ne pensais pas à ses tics de langage. après avoir visionné deux interventions orales du grand barbichu sur le net, je comprends que la chose ne sera pas aisée. Alors, juste : bon courage.

Écrit par : JBB | mardi, 13 octobre 2009

"Le style d'Angot est nettement plus facile à saisir : il suffit de partir en même temps dans l'excès émotionnel et dans la platitude la plus complète."

On peut loller ?

Écrit par : Suzanne | mardi, 13 octobre 2009

La lire, Angot, peux pas dire, ai rien lu d'elle. Mais je l'ai écoutée, elle est fort intelligente. Je ne sais si vous oserez des propos aussi crus que les siens, elle est loin d'être bégueule. Et l'excès émotionnel c'est à cause de sa lutte des classes dans les halls d'immeuble. L'aurait une vie plus tranquille, serait moins émotionnée.
Quand à A-G Slama, par le plus grand des hasards, il causait dans le poste le lendemain de ce billet-ci ; ne sachant rien de lui, j'ai été bien étonnée de la justesse de ses propos. Il expliquait l'influence de Berlusconi au travers de la TV populaire sur la façon dont se vêtaient les femmes en Italie et de l'image qu'elles renvoient à autrui. Effectivement, lors de mon dernier séjour à Naples, j'ai été impressionnée par l'allure vulgaire et provocatrice des italiennes du sud (ce n'est rine de l'écrire) et je trouve intéressant le lien entre ces hommes politiques de basse extraction (basse culture, basse dignité, basse-cour) et l'aspect Star Ac. du peuple qui se contente de vraiment très peu.
Merci donc de vos billets qui me permettent d'approfondir ma culture politique + que sommaire.

Écrit par : michèle | mercredi, 14 octobre 2009

michèle : Mais je l'ai écoutée, elle est fort intelligente.

Un seul mot : gasp ! (ou argh ou glups ou sob ou snif et portnawak.)

Écrit par : Dominique | mercredi, 14 octobre 2009

>Dominique je persiste : pas forcément livresque mais il n'y a pas que cette intelligence là. En tout cas ce qu'elle dit des femmes aujourd'hui m'a intéressée vivement.
P.S : ne vous étranglez pas, je serais capable de vous regretter.

Écrit par : michèle | jeudi, 15 octobre 2009

Et voilà, j'ai été obligé d'écouter France-Culture en étant réveillé (d'habitude, j'écoute la tranche matinale dans un état comateux, et me réveille à partir de la chronique de Marc Kravetz). J'ai donc enfin "écouté" et noté que le chroniqueur à la voie aiguë et qui fait rien qu'à me réveiller à moitié quand je ne veux pas, c'est lui, Alain-Gérard Slama. Tant pis, maintenant je connais. J'aurais pu ne pas.

Écrit par : Jacques C | lundi, 19 octobre 2009

Écrire un commentaire