Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 février 2009

Encore un grand malentendu avec le Québec

Quand un député français (et UMP bien entendu) commet un autre impair que celui du mirifique président auprès des Québécois :

S'inquiétant du niveau d'épuisement du premier ministre québécois lors de son passage à Paris, mardi, le député Pierre Lasbordes, président du Groupe d'amitié France / Québec, a lancé tout de go : «J'espère que vous n'avez pas la plotte à terre», provoquant un léger malaise parmi les invités québécois.

M. Lasbrodes s'est expliqué en disant qu'un «ami québécois» lui avait appris cette expression «rimouskoise» et qu'il n'aurait jamais cru que c'était vulgaire ou que cela provoquerait autant de réactions.

Selon Mario Bélanger, lui-même Rimouskois et auteur du Petit Guide du parler québécois, publié chez Stanké, il est fort probable que le député ait été victime d'une blague.

On trouvera chez Laurent d'autres liens sur les réactions québécoises au sujet de cette expression et une explication de son sens.

J'y vois surtout un fait plus sociologique : ce député qui se veut le chantre de l'amitié franco-québécoise estime que le Québec est forcément exotique (peuplé de rudes bûcherons et trappeurs à chemises à carreaux qui sacrent tout le temps), que les expressions québécoises sont forcément toutes savoureuses et anciennes, que pour s'adresser à des Québécois il faut établir la complicité par l'emploi des savoureuses et anciennes expressions québécoises, comme lorsque les colons s'efforçaient de parler petit-nègre face aux Africains, car c'était se mettre à la portée de compréhension de ces grands enfants, ou comme certains hommes politiques français emploient un faux verlan pour s'adresser aux populations de banlieue. Peu importe qu'on lui ait joué un mauvais tour ou qu'il révèle son ignorance du parler québécois : ce qui est plus important, ce sont les présupposés à la base de ce genre de discours. Vouloir faire couleur locale à tout prix par le discours quand on est face à quelqu'un d'ailleurs, c'est le renvoyer à son étrangeté, nier qu'il ait lui aussi des codes sociaux aussi hiérarchisés que les siens, s'imaginer que l'autre s'exprime en toutes circonstances dans une langue familière unique, qu'il comprend alors bien mieux que si on lui parle en français standard et qu'il attend une certaine dignité ou une forme de respect par le niveau de langue utilisé. Réduire l'autre à ce qu'il a de pittoresque et de prétendument charmant dans son parler est une manière de le méconnaître.

Commentaires

L'anecdote est hilarante et le commentaire parfait.

Écrit par : Pierre Enckell | jeudi, 05 février 2009

Ca me fait penser à ce pignouf d'Eric Raoult qui avait posé il y longtemps cette question à un membre d'un groupe de rap (NTM ?) :

"et toi kesstu fait d'ta thune ?"

Dans ces termes précis.

Je n'écrirai pas la réponse que j'aurais souhaité entendre.
Et j'ai oublié celle du rappeur.

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | jeudi, 05 février 2009

On ne va plus oser sortir de l'Hexagone, à ce rythme. Ou alors avec un faux passeport...

En son temps, Raymond Barre avait bien utilisé quelques phrases et expressions en créole quand il faisait campagne à la Réunion, en 88, mais il était "du pays" !

Écrit par : Irène | vendredi, 06 février 2009

Il s'est rattrapé en lui demandant des nouvelles de ses gosses.

Écrit par : boz | vendredi, 06 février 2009

Et on apprend maintenant que la première version de l'affaire par le député UMP était fausse : il n'avait pas appris l'expression grâce à un ami rimouskois, mais du fait des recherches sur la Toile par son attachée parlementaire qui s'est fiée à un lexique en ligne !
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/200902/09/01-825716-plotte-a-terre-les-dessous-dune-gaffe.php

Écrit par : Dominique | mardi, 10 février 2009

Un Menteur de Plus !

Mâtin ! Quel club !

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | mardi, 10 février 2009

Voilà, c'est encore la faute d'Internet, cette sentine de rumeurs qui fait rien qu'à induire en erreur les bonnes gens...

Écrit par : Irène | mardi, 10 février 2009

Écrire un commentaire