Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 février 2009

Franc succès du divin président au Québec

Notre splendide président parvient à susciter la gêne, voire l'hostilité à ses propos jusqu'au Québec, et ce même chez les libéraux !

La députée péquiste de Rosemont, Louise Beaudoin, estime que le président Sarkozy fait preuve d'une méconnaissance profonde du Québec.

En cause, ce passage :

« Pour vous aimer [les Québécois], je n'ai pas besoin de détester les voisins [le reste du Canada], pour prouver qu'on aime les autres, on n'a pas besoin de détester leurs voisins ». Il a ajouté que ceux qui ne comprenaient pas cela « ne comprennent pas le refus du sectarisme, le refus de la division, le refus de l'enfermement sur soi-même et le refus de cette obligation de définir son identité par opposition féroce à l'autre ».

Or, cette déclaration ressemble à un total désaveu de sa propre politique d'immigration et d'identité nationale, fondée sur la chasse au faciès, à l'arrestation des enfants dans les écoles, à la traque de clandestins fabriqués par l'administration, au refus du statut de réfugiés politiques pour des personnes venues de pays dictatoriaux, en instrumentalisant les pires organisations confessionnelles musulmanes, en traquant le prétendu terroriste en Afghanistan hors du mandat confié par l'ONU, à la stigmatisation des origines différentes, à la diffamation de victimes de bavures policières un peu trop basanées, aux camps de rétention, aux menottages musclés dans les avions, à la gabegie financière de retours dans le pays d'origine, en imposant une connaissance préalable de la langue française seulement aux personnes qui ne sont pas venues du monde occidental, à la dénonciation du mouton dans la baignoire ! Si cela ne ressemble pas à une opposition féroce à l'autre...

Aller donner des leçons en matière d'immigration ou d'identité nationale aux Québécois est plus que malvenu : c'est une faute politique, une hénaurme sottise puisque ledit ministère français de l'indignité nationale avait prétendu s'inspirer explicitement de l'exemple québécois (sans les moyens pour des cours de français, mais avec la matraque et les menottes en plus), un tête-à-queue invraisemblable où la politiqué d'affirmation du fait français en Amérique du Nord se voit stigmatisée après avoir été érigée en exemple lors de la campagne présidentielle. Mais nous n'en sommes plus à une contradiction près de la part de quelqu'un qui entend s'ériger en éternel donneur de leçons, même si pour cela il doit fabriquer à présent une sorte de Québécois afin de rendre encore plus illisible l'intolérance et la détestation véhiculées par son propre régime.

Commentaires

Clair que les Québécois ne doivent pas avoir l'habitude de voir un membre du gouvernement se moquer du monde avec autant de culot et de mauvaise foi. Surtout s'ils en étaient restés au "Je vous ai compris"…

Écrit par : Le Charançon Libéré | mardi, 03 février 2009

N'était-ce pas plutôt "vive le Québec... vive le Québec... libre" ?

("je vous ai compris", il me semble que c'était à Alger, mais je peux me tromper)

Écrit par : NaOH | mardi, 03 février 2009

NaOH a raison : "je vous ai compris", c'était à Alger.

Et je ne peux m'empêcher de rapprocher la bourde sarkozienne de son amitié avec l'industriel canadien Paul Desmarais, qui à plusieurs reprises a parrainé la carrière du futur hyper-méga-président. Et pour être francophone de culture, Desmarais n'en est pas moins opposé au souverainisme québécois. Et voilà que Sarko assimile ce mouvement à du sectarisme !

La voix de la France... ou celle du capitaine d'industrie qui a du bien au soleil des deux côtés de l'Atlantique ?

Évidemment, quand on est un important actionnaire de GDF-Suez, Lafarge et Total, pour ne citer que les avoir de la famille Desmarais en France, on peut se payer des représentants de commerce de haut vol. Tout de même, il aurait pu essayer de choisir quelqu'un d'un peu moins lourdingue. Une idée, comme ça...

Écrit par : Irène | mercredi, 04 février 2009

Oups… on va dire que je n'ai rien dit… ou que je me suis bêtement emmêlé les antennes… Bref, Québec-Alger, j'ai confondu.

Écrit par : Le Charançon Libéré | mercredi, 04 février 2009

À la suite des saillies sarkoziennes, les Québécois lui ont écrit. C'est ici :

http://pierrechantelois.wordpress.com/

(billet du 6 février 2009)

Écrit par : pièce détachée | lundi, 16 février 2009

Écrire un commentaire