jeudi, 20 novembre 2008

Coloc en stock

«Jusqu'à maintenant, les traductions de Tintin ont été faites dans des langues étrangères ou des dialectes, ajoute le spécialiste des langues. Or un Tintin en québécois va donner l'impression que la langue qui se parle ici est un dialecte ou une langue étrangère au français. Ce qui n'est pas le cas. Le québécois, ce n'est pas une langue régionale, c'est une variété nationale du français [au même titre que le français de Suisse, de Belgique ou du Sénégal] et cet exercice d'adaptation va encore répandre des préjugés épouvantables.»

Ben... On trouve quand même quelques belgicismes discrets - parfois corrigés - dans le français dit international de Tintin et certaines des insultes de Haddock sont du pur marollien...

Commentaires

Du pur marollien c'est en référence au Maroilles le fromage ?

Écrit par : michèle | jeudi, 20 novembre 2008

Non. Des Marolles, le célèbre et pittoresque quartier brusseleer qui a beaucoup inspiré l'auteur de Quick et Flupke.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marolles_(Bruxelles)
Demandez à Stéphane des précisions sur ce lieu très exotique au sein d'une capitale - elle-même exotique - d'un pays exotique.

Écrit par : Dominique | jeudi, 20 novembre 2008

Hé Dominique, trouvé dans votre lien, ceci qui me donne en partie raison (oui je sais l'intuition féminine est non seulement impondérable mais a une force de conviction sincère et profonde peu analysable). Vous en faites pas, c'est le beaujolais nouveau qui perdure.
"Devant l’importance de la pauvreté dans les Marolles, de nombreuses congrégations religieuses viennent s’installer : les Brigittines, les Minimes, les Capucins et les Sœurs Apostolines dont la devise Mariam Collentes donnera, par élisions successives, leur surnom des Sœurs Maricolles et l’appellation du quartier de la Marolle. Certains historiens ou « folkloristes » attribuent l’origine du mot « Marolle » à l’arrivée dans le quartier d’ouvriers du Hainaut qui amènent avec eux leur fromage à forte odeur : le Maroille. Ce serait d’ailleurs un mélange de wallon, de flamand, d’espagnol et de yiddish qui aurait donné naissance au langage marollien dit bargoensche, aujourd’hui, encore parlé par quelques anciens."

Écrit par : michèle | jeudi, 20 novembre 2008

LPCI, je ne reviendrai plus sur les blogues de Hautetfort pour les raisons que Hautetfort est une entreprise de censure injuste et un robinet d'eau tiède.

Écrit par : Coree-du-Nord | jeudi, 20 novembre 2008

Ciel ! un commentaire de fdesouche (François de Souche) qui aurait été censuré ! Et comment donc ? Je ne sais, rien de ce préopinant n'a été supprimé. Ce que je vois, c'est que l'on impose ici comme signature un renvoi à un message particulièrement raciste et je prends sur moi de supprimer les références au texte précis du blogue anti-musulman et anti-arabe (mais quand on sait ce qu'est François de Souche, on sait à quoi s'en tenir et on peut trouver aussi pire ailleurs). Vous vous faites de la pseudo pub en prétextant de censure de ma part alors que je suis en train de l'exercer parce que vous avez voulu faire de la pub pour vos idées nauséabondes dans votre seul et dernier message (vraiment dernier, il n'y en aura pas d'autre avec cette IP 64.182.159.x* ). Vous êtes encore plus pourris chez fdesouche que dans une boîte de pubards umpistes cocaïnés. Vos méthodes d'infiltration le montrent amplement.

* C'est marrant les IP non attribuées à un pays particulier qu'utilisent les pseudo nationalistes franchouillards. Ils emploient des anonymiseurs situés dans des pays étrangers, mafieux, dictatoriaux, et après ils viennent défendre l'identité française ou la démocratie selon les circonstances...

Écrit par : Dominique | jeudi, 20 novembre 2008

«Du pur marollien c'est en référence au Maroilles le fromage ?
Ecrit par : michèle | jeudi, 20 novembre 2008

Non. Des Marolles, le célèbre et pittoresque quartier brusseleer ...
Ecrit par : Dominique | jeudi, 20 novembre 2008 »

Pour compléter :
Maroilles, la commune du Nord, se nommait "Marogilo" en 615 : du gaulois "maro", grand (qui pouvait aussi être un sobriquet), et "ialo", clairière.
Marolles, le quartier bruxellois, comme plusieurs communes françaises ( Calvados, Marne, etc.) est issu du latin " materiola", diminutif de "materia", bois ( de construction).

Écrit par : leveto | vendredi, 21 novembre 2008

Ah, les "courageux" croisés de fdesouche, avec leur pseudos à la noix, leurs vraies-fausses adresses et leurs jérémiades à chaque fois qu'on refuse de les laisser déverser leur propagande...

Écrit par : Irène | vendredi, 21 novembre 2008

Leveto, on peut vraiment compter sur vous pour la toponymie. Mes ressources en la matière sont fort limitées. Vous faites pièce à la légende des émigrants venus du Nord à Bruxelles avec leur maroille. Certes, on peut se dire que le digramme oi devait se dire o en français classique (comme dans oignon, poireau, encoignure), mais je vois mal comment ce fromage récent aurait pu être connu dès le Moyen Âge sous le même nom. Je vois mal aussi pourquoi des gens du Nord auraient émigré dans ce quartier précisément, alors que la base du marollien montre qu'il s'agissait au départ de locuteurs flamands et non hennuyers ou picards dans une ville flamande où seule la bourgeoisie parlait français.

Irène, le problème, c'est que je n'ai rien censuré du tout avant la publication de ce commentaire qui apparaît comme un cheveu dans la soupe ! Le facho de service a inventé la censure, il n'avait rien envoyé auparavant. Je ne lui avais rien refusé puisqu'il n'avait rien demandé. Le résultat, c'est que j'ai supprimé le lien qu'il donnait dans la signature (article crapuleux et crapoteux contre une annonce d'emploi où on demandait la connaissance de la langue arabe pour un poste à profil !) Parler de censure sans avoir été censuré, c'est la technique du pied dans la porte de ces individus mal policés. Il y a des gens pour gober ces enfumages ou d'autres qui se sentiraient gênés de devoir interdire à leurs ennemis de s'exprimer. Mais je m'en moque, je censure en toute conscience et sans aucun état d'âme quand il le faut. Je ne suis pas un idolâtre de la liberté d'expression absolue, surtout si c'est chez moi.

Écrit par : Dominique | vendredi, 21 novembre 2008

« Non. Des Marolles, le célèbre et pittoresque quartier brusseleer qui a beaucoup inspiré l'auteur de Quick et Flupke.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marolles_(Bruxelles)
Demandez à Stéphane des précisions sur ce lieu très exotique au sein d'une capitale - elle-même exotique - d'un pays exotique. »

Parce que le blogmestre a un trou de mémoire et ne se souvient pas d'y être passé, il y a quelque temps, en compagnie d'une certaine L. et d'un certain A.P. Et de votre serviteur.

Il y avait également un trou au verre (de faro) du
blogmestre. Mais, reconnaissons-le, tous les verres en avaient ce jour-là.

Écrit par : Stephane De Becker | vendredi, 21 novembre 2008

Je découvrais de visu ce quartier et je regrette de ne pas l'avoir plus parcouru alors, tellement il est singulier. Mes connaissances se limitaient jusqu'alors aux citations faites par le fort regretté Yves Chaland. Je crois que je peux, en revanche, parler plus longuement des lieux où j'ai vécu plus de deux heures.

Écrit par : Dominique | vendredi, 21 novembre 2008

Et de Coraline ; on savait déjà qu'il ingurgitait de la bière en bock à Bruxelles. Mais pas que le verre avait un trou.

Écrit par : michèle | samedi, 22 novembre 2008

Le quartier de Marolles, c'est bien là qu'a lieu lieu une brocante chaque dimanche ? on y trouve des antiquités et un peu de tout et n'importe quoi..

Écrit par : Michèle | samedi, 22 novembre 2008

Michèle : « Le quartier de Marolles, c'est bien là qu'a lieu lieu une brocante chaque dimanche ? »

Je me le suis laissé dire.

« on y trouve des antiquités »

Je n'y vais jamais le dimanche.

« et un peu de tout et n'importe quoi..»

Je-n'y-vais-ja-mais-le-di-man-che !!!

Écrit par : Stephane De Becker | samedi, 22 novembre 2008

Écrire un commentaire