Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 mai 2008

La voix de la France et la voix des francophones

La confusion a atteint un sommet lorsque le président de la République a affirmé, le jour même de la fête de la Francophonie, le 20 mars dernier, en évoquant notamment le rôle de TV5 Monde: «Je veux renforcer les moyens de diffusion de la culture française dans le monde.» Cette phrase en dit long: pour beaucoup de Français, et notamment pour le premier d'entre eux, la Francophonie c'est la France; la langue française c'est la France.

Je partage entièrement, quoi que je sois Français, cette analyse de Louise Beaudoin sur le traitement ubuesque de la francophonie par mon pays. Louise Beaudoin est l'ancienne ministre péquiste chargée des affaires francophones, de la culture et des relations internationales au Québec. Une femme qui n'a pas sa langue dans sa poche, comme elle l'a prouvé quand elle était aux affaires. A quoi sert de défendre une culture franco-française (ou plutôt hexagonale) en anglais auprès de pays qui ont adhéré à l'Organisation internationale de la francophonie et où le français tient une place plus que marginale ? Le traitement du dossier France-Monde est ahurissant par le mépris ou l'ignorance exprimés envers nos partenaires vraiment francophones. Mais ce n'est qu'une partie d'un lourd contentieux.

 

Commentaires

Très bonne analyse, je suis parfaitement d'accord avec cette dame.

En revanche nettement moins avec M. Mabanckou:

"Alain Mabanckou (...) souhaitait même (...) abolir le terme de Francophonie, celui-ci ayant vécu, et utiliser celui de «littérature-monde en français» plus près, disait-il, de la réalité."

Pouah ! quelle horreur !!!

Écrit par : Ponte Facto | mardi, 06 mai 2008

Ben alors, on joue son vieux con ? La culture c'est le passé, et en plus ça ne rapporte pas d'argent ! Ca fait un an qu'on nous le rabache...il était logique que la francophonie le subisse aussi.

Et quand je pense à la visite en Tunisie alors que la femme de Ben Ali fait fermer arbitrairement la lycée Français de Tunis (qui ne rouvrira pas à la rentrée prochaine) , je me dis qu'il y a pas mal de claques qui se perdent.

Quand à TV5, il faut absolument que les partenaires francophones gueulent fort, sinon les conseillers de la Sarkozie vont réussir à tuer cette chaîne...

Écrit par : Moktarama | mardi, 06 mai 2008

Écrire un commentaire